Réminiscence nordique

prose poétique publié dans la revue Plumes n°7

Réminiscence nordique

Le vent du nord s’est tu, son écho entonne   –   un Chant d’hiver. Silence de glace, silence polaire. Une risée, attardée, brise le miroir du fjord. Le froid d’une journée courte, timide, exhale de sa mémoire de nord ses glaces, et le monde est doré.

De ce froid, personne n’a encore vu la face car jamais il ne se confie. A sa rencontre mes épaules se raidissent, et pour se défendre ma peau se resserre.

Je t’en supplie, VIE, brûle, brûle! Ne laisse pas ce froid avoir ta peau.

Ton secret, enfermé dans ton feu, gravite autour du centre où tu caches ton noyau d’avant la naissance du temps.

Mais une éternité après l’autre, le temps immobile, le sans-vie, le tout-froid impose sa loi.

Je veux le pousser à l’ombre de mon souvenir, mais déjà voilà qu’il renaît, ce froid, cette Majesté drapée de silence, – toujours sa glace comme sceptre à la main.

Mais soudain, – qui a cassé le miroir ?, qui a déchiré le faible soleil là-bas sur le fjord ?, qui a inscrit en halos  givré sa marque, sa toux, lorsque la beauté de l’instant lui avait fait si mal?

Silence.

Un jeu d’hiver.

Une rançon d’été.

Une marche dans le temps.

Un souffle  –  en avant.